LES GENS DU LIEU

Compagnies présentes sur Le Lieu

  • Compagnie Tiberghien :  Penser le monde à travers le théâtre

Gilbert Tiberghien, figure emblématique du renouveau, dans les années 70, du Théâtre bordelais, co-fondateur du collectif Fartov et Belcher, puis créateur de sa propre compagnie, la compagnie Tiberghien en 1986, est décédé en 2016. La mission qu’il s’était confiée, inspirée de Jean Vilar, reposait sur deux piliers essentiels : l’exigence artistique et l’éducation populaire. Rechercher des formes nouvelles de mise en scène, donner à voir et entendre les grands textes, de Théâtre bien sûr, mais aussi de littérature, de poésie, de philosophie. C’est ainsi que Gilbert Tiberghien a porté à la scène, entre autres, Sarraute, Beckett, Nietzsche, Melville, Dostoïevski, Bond, Manciet, Satie, Vitrac, Pessoa. Pour appuyer ce travail, il ouvre dès le départ un atelier amateur dont le but est de monter de grands textes avec des comédiens amateurs dans un environnement professionnel (de nombreux comédien(ne)s sont par la suite devenus professionnels). 

Pour mener à bien cette mission, « Tiber » s’appuie sur un outil de travail indispensable : un théâtre. Il donne l’impulsion nécessaire à la création du théâtre Jean Vilar d’Eysines et cofonde le TNT manufacture de chaussures, dans lesquels il installe successivement la compagnie. Enfin, lorsqu’elle quitte le TNT, celle-ci, soutenue par le collectif Lieu-dit, constitué de membres de l’atelier, s’installe au Lieu Sans Nom.

Lorsque Gilbert Tiberghien meurt en mars 2016, trois compagnons de route, Alain Raimond, Jean-Pascal Pracht et Christian Loustau, décident de prendre les rênes de la compagnie et d’en garder le nom, en hommage à « Tiber », mais aussi et surtout, afin de pérenniser sa quête d’un Théâtre « de contenu », artistiquement exigeant et accessible à tous, ainsi que sa transmission par la pratique au sein de l’atelier amateur. Ainsi, depuis 2016, la compagnie Tiberghien a monté Ohl, Beckett, Pinget, Artaud, Blanchot, Manciet ; et avec l’atelier, Ionesco, Molière, Pomerat, Dubillard, Ribes .

La compagnie Tiberghien, fidèle au principe du théâtre « élitaire pour tous » d’Antoine Vitez, tente de creuser le sillon d’un Théâtre de la pensée, poétique, philosophique et politique. Le Lieu sans nom est son camp de base. Son atelier amateur est ouvert à tous.

  • Collectif Lieu Dit : Association Loi 1901 créée début 2013, le collectif Lieu-Dit est composé de 12 personnes, issues de l’atelier de théâtre amateur de la Compagnie Tiberghien. Impliqué dès le départ dans le projet du Lieu Sans Nom (membre fondateur du Lieu Sans Nom), Lieu-Dit participe régulièrement à la vie du Lieu par du bénévolat : aide aux travaux, billetterie, lectures des Jeudis du Lieu, marathon de lecture…): Spectacles créés :  L’autre mort de Jeanne d’Arc de Tsanev en 2013, En analyse en 2014, Le Hamman, adaptation de Récits de femmes de Franca Ramé en 2017 et Mon Amour, d’après le roman d’Emmanuel Adely au printemps 2019.
  • Compagnie des Figures :  compagnie théâtrale bordelaise, implantée  au Lieu sans Nom depuis 2015. Elle crée différents spectacles « Masenko » (2016) , « Fassbinder (funérailles) » en 2018 à la Manufacture CDCN puis repris à la Base Sous Marine de Bordeaux. En 2020 elle créera son premier spectacle jeune public, « Vouloir être mordu » à destination des adolescents. Elle créera en 2021 « Jeanne & Gilles » autour des figures de Jeanne d’Arc et Gilles de Rais.
  • Collectif Revlux / La Nuit Venue : Revlux, ce n’est pas un magasin d’électroménager, ni le nom d’une bonneterie en gros. Revlux c’est quatre artistes dramatiques qui, au fond, ne le sont pas tant que ça. Revlux transmet, fait du théâtre, et fait faire du théâtre à tous. Revlux : le nom d’un collectif qui réside au Lieu Sans Nom.
  • Compagnie Robinson : Fondée en 1988 par Anne MAURIN, artiste chorégraphique et Claude MAGNE, chorégraphe responsable artistique de la compagnie. Les créations  de La Cie Robinson placent la danse au cœur des différents langages artistiques et culturels.
  • Compagnie Les Schini’s :  En juillet 2017, Melodie Cecchini et Gaetan Boschini associent leur nom (littéralement) et créent la compagnie de danse contemporaine, de théâtre gestuel et de manipulation d’objet “LES SCHINI’S”. Axé autant sur la création, la pédagogie que les actions culturelles et sociales, la compagnie Les Schini’s explore et questionne les notions d’identité, d’appartenance et de lien depuis des projets à rayonnement Européen.